Daniele Henkel un genoux pour se relever a

Madame Henkel étant en déplacement, l’interview sera réalisée au téléphone. Même de loin, de ce quelque part d’où elle me parlait, le charme a opéré. Je l’imaginais aussi impeccable qu’à la télé, maquillée, coiffée, manucurée, vêtue avec soin et en talons hauts bien sûr (« mon péché mignon »). Le hasard l’a fait tomberDans l’œil du dragon, mais ce n’en est pas un si elle est devenue une vedette. De cette femme à la forte personnalité émane un réel magnétisme. Soit, tout le monde n’y est pas sensible, mais qui peut se targuer de faire l’unanimité ?

Les circonstances qui l’ont menée jusqu’ici, elle qui est née au Maroc et a vécu en Algérie, Danièle Henkel les a racontées dans sa biographie à succès,Quand l’intuition trace la route (Les Éditions La Presse). Auprès de sa mère, personnage haut en couleur digne d’un roman, la fillette au tempérament de feu a connu la grande richesse et l’extrême pauvreté. À l’âge adulte, elle subira également des revers de fortune. Arrivée à Montréal sans le sou il y a 25 ans, la future dragonne fonde une entreprise dans le sous-sol de sa maison. L’idée de départ, intuitive : vendre un gant de crin, comme ceux utilisés dans les hammams du Maghreb, qu’elle baptisera Renaissance. « Si ce gant permettait à la peau de retrouver une nouvelle jeunesse, il était aussi pour moi le symbole de ce que j’entrevoyais comme une nouvelle vie. Une vie d’entrepreneure », écrit-elle dans son livre. Dont une « suite », Ce que la vie m’a appris, paraîtra dès le 1er novembre. Danièle Henkel y parlera « du bonheur, des croyances, du couple, des femmes et des affaires, de la famille, des échecs, du deuil, de la peur, de l’amour… » Et d’argent, bien sûr.

Source et suitehttp://fr.chatelaine.com/societe/entrevues/daniele-henkel-lentrepreneure-venue-de-loin/

 

La nouvelle galerie d'art et d'illustrations de l'auteur de ce site :