« Ouais ! dit Avenant, voilà un hibou bien affligé qui pourrait s’être laissé prendre dans quelque filet. »

Il chercha de tous côtés et trouva de grands filets que des oiseleurs avaient tendus la nuit pour attraper des oisillons.

« Quelle pitié dit-il, les hommes ne sont fait que pour tourmenter et persécuter de pauvres animaux qui ne leur font ni tort ni dommage. »

 

Il tira son couteau et coupa les cordelettes. Le hibou prit son envol et revenant à tire-d’aile il dit :
« Avenant,  il n’est pas nécessaire que je vous fasse une longue harangue pour vous faire comprendre l’obligation que j’ai envers vous. Les chasseurs allaient revenir et je serais mort sans votre secours. J’ai le cœur reconnaissant et je vous le revaudrai. »

La nouvelle galerie d'art et d'illustrations de l'auteur de ce site :