À l’aube, Cabriole aboya jusqu’à réveiller Avenant et lui dit :
« Mon maître, habillez- vous, et sortons. »

Avenant se leva, s’habilla et descendit dans le jardin jusqu’au bord de la rivière où il se promena les bras croisés ne pensant qu’à son départ. C’est alors qu’il entendit qu’on l’appelait :
« Avenant ! Avenant ! »
Il regarda autour de lui et ne vit personne; il crut rêver. Il poursuivit sa promenade et on le rappella :
« Avenant ! Avenant ! »



« Qui m’appelle ? » dit-il.

Le petit Cabriole qui regardait  près l’eau, lui répliqua :
« Vous ne me croirez pas maître, mais c’est une carpe dorée que j’aperçois. »

Aussitôt la grosse carpe apparût disant :
« Vous m’avez sauvé la vie dans le pré des Aliziers, et je vous ai alors promis de vous le revaloir. Tenez, cher Avenant, voici la bague de la Belle aux Cheveux d’Or. »

Avenant se baissa et prit la bague dans la gueule de la carpe, qu’il remercia mille fois.

Accompagné de Cabriole, il se rendit alors tout droit au palais de la princesse.  Cabriole était bien content d’avoir
fait venir son maître jusqu’au bord de l’eau.

La nouvelle galerie d'art et d'illustrations de l'auteur de ce site :